lundi 15 avril 2013

La visite continue et le tournage du clip peut commencer

Maintenant équipé d'un trépied, de nouvelles perspectives s'offrent à moi pour de meilleures vidéos et photos. Dans le premier cas, je vais pouvoir avoir des images stables, et également réaliser des timelapse (effet très accéléré) pour varier le clip final. En effet, puisque je n'ai pas encore aborder le sujet, plutôt que de faire un simple "film de vacances" qui ne serait pas forcément intéressant à regarder, j'ai comme projet de monter un petit clip musical dans ce genre la (que j'adore), que je vous invite à voir. J'ai déjà la musique qu'il me faut, mais pour qu'il soit réussi, je compte prendre mon temps et varier mes plans (timelapse, slowmotion, nuit, jour, monument, scène de vie, etc etc).


Mes premiers essais photos sont assez concluants, mais je dois encore trouver les bons réglages pour la bonne situation. En tout cas, la différence saute au yeux comparée à un cliché de nuit sans trépied. Ça augure du bon pour la suite. J'ai également fait un petit timelapse de mon balcon pour tester le rendu, même s'il la vue n'est pas extraordinaire, et le filet anti-corbeau toujours gênant, vidéo visible ici. Ce n'est qu'un test fait rapidement qui ne reflète pas la qualité du clip final que je compte faire, je pense faire beaucoup mieux.


Le lendemain, je devais me rendre à la mairie de mon quartier pour me faire recenser et ce dans les 14 jours suivant mon arrivée dans le pays. Il me restait du temps, mais évitons de trop attendre, d'oublier et de risquer quoi que ce soit bêtement ! Un petit tour sur un célèbre site de cartes pour voir à quoi le bâtiment ressemble en vrai, et c'est parti. Moi qui espérait trouver quelques indications en anglais, malheureusement ce n'était pas le cas (contrairement à d'autres mairies...). Donc je ne comprend évidemment rien... Je demande à l’accueil en montrant ma carte de résident et l'adresse vide, qui m'envoie au 3e étage. J'y vois des gens attendre ou remplir des formulaires. Il y a bien des numéros au dessus des guichets mais je ne vois pas aucun distributeur... Après observation, la machine se trouve... devant les guichets, mouais... Bon ok, on va donc en prendre un mais... 2 choix, lequel prendre ? Au pif, pas le choix on verra bien... Finalement arrivé au comptoir j'arrive à me faire comprendre une nouvelle fois avec ma carte. On me prend en charge avec un peu d'anglais et 2,3 trucs à remplir (n'empêche on pourrait faire remplir et signer n'importe quoi à un étranger...). Mon adresse est inscrite minutieusement et manuellement sur ma carte

Plus qu'à faire une demande pour l'assurance maladie, là encore, quelques mots d'anglais, une signature, ma carte de visite pour montrer mon nom en hiragana (ウジェルジョフレ) afin de faciliter le travail de mon interlocuteur. Bref, me voilà enfin en règle, il restera tout de même à souscrire à un téléphone portable et surtout ouvrir un compte bancaire (pour moins y perdre en frais pour changer euros en yens) et aussi pour pouvoir recevoir un salaire dans l'éventualité ou je trouverai un travail.



Étant satisfait par le procédé de timelapse, de nouvelles idées me viennent en tête, à commencer par le tournage le jour suivant d'une séquence à un grand carrefour repéré auparavant. Bon, le problème, c'est qu'il faut rester un moment sur place, donc dans ce cas précis, je ne vais rester que pour une séquence de quelques secondes (nécessitant donc de longues minutes de vidéo).

Une fois les images en boîte, je redescend vers le sud pour visiter quelques temples à côtés desquels je suis passé sans même le savoir ces derniers jours.

L'avantage de se lever tôt, c'est que les sites touristiques sont quasiment vides, et c'est ainsi que j'ai pu shooter au temple Nishi-Honganji sans être ennuyé par des passants. Une heure après, c'était totalement envahi, notamment d'enfants, sans doutes à l'occasion d'une sortie scolaire.
 


 
 

Au détour d'une ruelle, on trouve aussi des maisons à l'architecture très différente de ce que l'on a l'habitude de voir au Japon.
   

Direction le temple Higashi-Honganji juste à côté mais malheureusement il était en parti en train de subir d'important travaux de rénovation donc seule une partie était visible mais tout de même très jolie. A noter la très belle fontaine à l'entrée.



  


Je retourne alors à la Kyôto Station pour tourner quelques séquences de mon clip, mais j'arrive au bout de la batterie (à cause du timelapse du matin). Je file alors au Kyôto-Yodobashi pour voir les prix (il m'en fallait une autre de toute façon, de plus grande capacité) mais les prix me refroidissent un peu (17000yens la plus grande autonomie, 480min, et 10000yens celle en dessous, 240mins). Bon, on fera sans pour le moment... J'ai déjà eu pas mal de frais ce mois ci, on va se débrouiller comme ça un temps.

Du coup, on reviendra...

L'après-midi, je décide d'aller me balader à l'intuition en choisissant une direction qui me semble sympa. Il commence à faire chaud et je n'aurai vraiment pas dû prendre mon manteau, surtout chargé de mon équipement... Surtout, l'inclinaison du bitume se fait de plus en plus ressentir, puisque je me dirige vers une montagne. Arrivé au bout, je me fait délester de 100 yens pour y accéder, et je me retrouve devant des marches, des marches et encore des marches.... une fois au bout, une porte, et... encore des marches youpi ! 


Une fois enfin tout en haut, voila tout ce qu'il y avait à voir, un petit mausolée... Et il y avait malheureusement trop d'arbres aux alentours pour profiter d'une quelconque vue sur la ville... Comme quoi partir au pifomètre, parfois ça paye, parfois non... Il y avait tout de même quelques fleurs qui semblaient perdues ici qui méritaient bien une petite photo.

 

Je redescends de là, et décide de rentrer chez moi. C'est alors que je tombe sur cette scène assez insolite que je ne peux m’empêcher de capturer.

Le héron qui s'emmerde pas...

De retour à l'appartement, je décide de refaire quelques tests de nuit, mais cette fois ci à l'autre fenêtre (oui j'en ai deux :riche: :luxe: ), qui n'a pas de filet mais une grille de protection mais à laquelle il est possible de voir par dessus. Donc avec le trépied, c'est parfait. Une belle séquence à timelapser de la nuit qui tombe sur la ville, et quelques photos, je trouve, très réussies.

Ma préférée des 3

Notons que ce dimanche après-midi, j'ai commis "l'erreur" de vouloir faire du repérage au temple Kiyomizu-dera, mais c'était juste tellement blindé que j'ai fait le tour vite fait et je suis reparti. Je reviendrai au petit matin, en semaine...

Mata ne !




3 commentaires:

  1. En tout cas, tu as bien sais le truc pour les photos. Mon vieux 350 en a toujours dans le bide, mais tu as visiblement compris comment lui faire sortir ses tripes, que ce soit pour les cerisiers
    ou pour tes réglages (déjà très honnêtes) de nuit.

    On verra bien ce que ça donera au final, mais jusqu'ici, ça paraît bien lancé, déjà!

    RépondreSupprimer
  2. Comme une impression d'y être... Je suis fébrile en attendant la suite !

    RépondreSupprimer